Le SuperKart retrouvait les joies du circuit Paul Armagnac et de son aura indéniable, le public était au rendez-vous d’une course FIA qui exhibait ces monstres mais permettait aussi au Superkart de s’exposer en jouant les incongruités dans ce monde de «brutes». Nogaro avait fait peau neuve en terme d’infra structures, mais le Superkart souffre toujours d’un déficit d’image, ainsi le paddock alloué était bien éloigné de la prégrille, ce qui présentait des risques pour rejoindre le noyau central. Le week-end rentrera dans les annales, il consacre en effet la 1ere victoire du nouveau moteur PVP développé en moins d’un an, et du retour au premier plan de Mané Vignjévic, l’ancien vice-champion de France 1997 & 1999 qui avait délaissé le monde du Superkart attiré par les sirènes de l’Auto. Vignjévic et Damien Payart ont monopolisé l’attention, ils étaient intouchables ce week-end, pour autant les courses ont permis un resserrement des valeurs parmi tous les outsiders ce qui laisse augurer de luttes sévères pour les deux derniers meetings du Championnat et de la revanche dans l’air à l’occasion de la French Cup, cet évènement exceptionnel permettra à la discipline de profiter d’une couverture médiatique inédite en prélude du GP de France F1 probable dernier de Magny-CoursLors de la 1ère course, Cyril Vayssie & Alexandre Sebastia (réparant tardivement son embrayage)le leader du général, s’élancent des stands. Le 1er nommé ne poursuit guère loin victime d’un accrochage, le second s’employa à remonter brillamment pour récupérer une 6ème place sauvegardant ses intérêts. Super envol de Pierre Focque, déjà en verve aux essais, qui confirme ses prestations antérieures de plus en plus dans le coup depuis qu’il se concentre que sur son pilotage. Damien Payart se fait enfermer au départ. Mané Vignjévic se cale derrière Focque, le déborde à l’autre extrémité du circuit, Benjamin Mahé est bien dans le rythme, mais sera victime plus tard d’un accrochage avec un attardé. Parmi les pilotes les plus en vue : Morgan Valverde, Alain Rebus dont c’est une résurrection, Marc Léon, voire le champion d’Espagne Borja Ruiz Quintana qui étrenne son nouveau FPE. La course va vite tourner au duel entre Vignjévic qui a pris le large et Payart qui hausse le rythme, il revient en récupérant une seconde par tour. La perspective de la jonction retient le souffle des observateurs, tandis que Valverde maintient son écart, pour cueillir une belle troisième place. Rebus et Léon ne vont jamais se lâcher et se dédoubler, tandis que nous regrettons le retrait de Focque câble d’accélérateur cassé. A la faveur du dépassement des attardés, Payart recolle à Vignjévic au pénultième tour lors du freinage dit de l’école. Notre attention est à son comble mais Payart n’est jamais vraiment en mesure de porter une attaque, Vignjévic peut lever le bras sous le drapeau à damiers. Non seulement il inscrit une nouvelle victoire à son palmarès, mais aussi marque un point d’histoire en concrétisant la 1ère victoire du moteur PVP. Un terme qualifie la deuxième course : Confirmation. Mané Vignjévic loupe une vitesse au départ, se fait déborder par la promptitude d’Alain Rebus en plein regain de forme d’un coté, par Damien Payart et Alexandre Sebastia de l’autre. Payart attaque Rebus et passe en leader au 1er pointage devant Vignjévic, Rebus, Sebastia, Valverde et Léon. Ces 6 pilotes font vite la différence sur Borja Ruiz Quintana isolé puis le duo J-B.louvet et P.Focqué auteur d’un remarquable départ, et le peloton ou Vayssie remonte, ce jusqu’au 8ème rang mais sa progression se heurtera à la régularité du Catalan Dominguez Gimenez. Payart semble pourtant prendre le large, Valverde et Léon s’accrochent à la «ferme» dès le début et sont hors course. Focque déchaîné remonte à grandes enjambées. Vignjévic se relance et amorce son retour pleine charge sur le leader. La poursuite est réduite à Sebastia qui double Rebus et Focque recollé, puis viennent Benjamin Mahé et Ruiz Quintana avant que celui n’abandonne sur casse moteur, Mahé sera toutefois handicapé par un mauvais choix de pneus. C’est au 6ème tour devant la ligne des stands que Vignjévic déboîte sans coup férir le champion en titre, c’est le tournant de la course. Au-delà de la lutte en tête, les positions sont acquises au sein des rescapés, Sebastia montera logiquement sur la place vacante du podium. Le public attend un nouveau duel mais Vignjévic se paye le luxe de laisser son adversaire à 4 secondes, c’est une double victoire pour Mané Vignjévic et son PVP et le carton plein, car il s’octroie de plus les meilleurs tours en course. Il relance l’intérêt du championnat en terme de rivalité, car les deux leaders du général Sebastia et Payart sont confortés dans leur rang même si la saison paraît incroyable pour le sextuple champion de France dont l’objectif reste l’Europe, mais qui cumule dorénavant 5 deuxièmes places sur ses 6 résultats. (Plus 1 victoire et 2 forfaits) Par contre la plupart des outsiders marquant une fois sur deux, les places sont chères au tableau d’honneur.

pub-l3d

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner
Unknown
Unknown
Accepter
Décliner