MAGNY-COURS LIVE

LIVE TIMING

Vendredi 17 Mai

  • 16h30 à 16H50 - Essais privés 1 - (20')
  • 19H30 à 19H50 - Essais privés 2 - (20')

Samedi 18 mai

  • 08h00 - Essai chrono - Qualifying session (20')
  • 10h45 - Course 1 / Race 1 (19' + 1 tour)

Lundi 29 Mai

  • 14h05 - Course 2 / Race 2 (19' + 1 tour)
  • 19h15 - Course 3 / Race 3 (19' + 1 tour)

petites annonces

Carnets de route 1 à Nogaro :
L’ultime épreuve du Championnat de France de Superkart 2022 a tenu toutes ses promesses, alliant suspense et compétitivité sur le circuit Paul Armagnac de Nogaro (9 au 11 septembre) sous un très chaud soleil. Cela vaudra au Superkart d’être désigné tête d’affiche dimanche, en effet le vainqueur de la discipline sera le vainqueur honorifique du 62e GP de Nogaro, meeting qui reçoit les 208 Peugeot sprint et relai et les Caterham.

Deux nouveaux pilotes faisaient leurs premiers pas dans la discipline. Stéphane Bruey en FPE encore un peu perdu dans les méandres de la découverte du matériel et Mickael Ducher qui en Anderson/VM de belle facture donnait à penser qu’il semblait à l’aise mais qui découvrira que la compétition exige de vérifier le moindre détail. La délégation espagnole (4 membres) attendue déjà en 2020 si le Superkart avait pu se rendre à Navarra est cette fois de retour en nombre. D’un côté le Team Garin (Javier venu à Magny-Cours) de l’autre M. Redondo venu une fois l’an passé et enfin B. Ruiz. La Famille Fleury est également de retour, Marcel qui a un bon souvenir de Nogaro (1 podium) avec L.Chapeau, le fiston Marc comme client du Team Karting Paradise. Il manquait les Britanniques, dommage pour le classement général car Gulliford et Robinson roulaient aux avant-postes.
Lors de l’unique session de qualifications, Julien Goullancourt (Anderson/DEA) en 1’25’’694’’’prenait l’ascendant non pas sur son opposant direct Sven Van der Wardt (MSkart/VM) qui réalisait 1’26’’663’’’, mais sur le revenant Alexandre Sébastia (Anderson/DEA) (1’26’’089’’’). Celui-ci était certes rapide comme espéré mais néanmoins sans entrainement puisqu’il rechaussait le casque pour cet événement. Il était alors permis de penser que le Néerlandais cachait encore son jeu. Il découvrait certes le circuit mais VM devait avoir soigné son moulin. Jaime Zuleta (MSkart/VM) et Ingvar Bjerge (Anderson/VM) respectivement 4 et 5e chrono se jaugeaient avant de vouloir se départager au classement Gentleman qui leur tenaient particulièrement à cœur. Zuleta pas vraiment content de son temps. Après pourtant avoir eu plusieurs séances d’essais, voilà que les soucis apparaissaient en « série » pour plusieurs concurrents. Cette séance laissait deux pilotes en rade et quelques-uns assez loin, plus qu’ils ne le pensaient.

 

Le premier round préfigurait la physionomie du week-end avec dès l’extinction des feux, une lutte en tête avec les trois protagonistes les plus véloces dont les deux prétendants à la couronne. Goullancourt s’élance sur les chapeaux de roues, devant Van de Wardt et Sébastia. Le trio creuse les écarts sur le reste des outsiders, soit I. Bjerge, Richard Van de Nes (MSkart/VM) la révélation de la saison, Johan Lamalle (MSkart/VM) enfin au point pour jouer aux avant-postes (il a repris un ancien châssis MSkart), Éric Confalioneri (Anderson/DEA). Déjà plus de Zuleta (MSkart/VM) en panne moteur qui renonçait dès le début. Si le leader s’octroie une petite marge d’avance au fur et mesure des premiers tours, celle-ci se stabilise et Van de Wardt améliore ses chronos, il recolle au Français avec Sébastia qui parvient à suivre les favoris alors qu’il se plaindra de ne pas prendre tous ses « tours ». A mi-course, le temps de dégager un pilote mal placé en pleine trajectoire, la Safety-car sort et permet un regroupement. Au restart, l’ordre n’est pas chamboulé, mais chacun met la pression sur son adversaire direct. Le triumvirat leader lâche néanmoins le groupe de poursuivants (Bjerge, Van de Nes, Lamalle, Confalioneri, Meurens enfin satisfait de son matériel. Marcel Fleury est bien plus loin, mais rentre dans le top dix devant Marc.
Goullancourt reçoit le drapeau à damiers avec seulement 6/10e d’avance sur son adversaire. Il peut accroitre son avance au général à 12 points, ce qui ne le met pas à l’abri. Surtout il s’inquiète de son allumage défaillant une fois passé la ligne !
Van de Wardt n’a peut-être pas non plus le moteur espéré, le suspense persiste.
L’ambiance en soirée était conviviale, le clan des Espagnols réunifié offre à l’ensemble du plateau un « apéritif » maison de grande qualité et copieux.

IMG 1523

Course1 : 1. Julien Goullancourt, 2. S. Van de Wardt, 3. A.Sébastia, 4I.Bjerge, 5.R.Van de Nes, 6. J.Lamalle, 7. E.Confalioneri, etc.

pub-l3d

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Analytique
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner
Unknown
Unknown
Accepter
Décliner